Comment faire pour limiter les risques ?

Dans l'environnement actuel, il n'est pas possible d'obtenir un rendement sans prendre de risques. Il existe cependant des moyens de maîtriser les risques que l'on prend.

Analyser

Il faut essayer de profiter d'inefficiences de marché qui permettent d'obtenir un rendement supérieur, à niveaux de risques identiques. 

Être réactif

La vitesse de circulation de l'information nous oblige à être plus réactif. Il faut également savoir rester humble et sortir des marchés lorsque l'on fait fausse route.

Diversification

Il est essentiel de veiller à la décorrélation de votre portefeuille : il faut investir dans des univers très différents et ne pas se limiter au triptyque actions / obligations / monétaire.

Dois-je bloquer des fonds sur le long terme ?

 

Plus vous immobilisez vos fonds sur la durée, plus vous êtes en mesure d'attendre un rendement plus élevé à risque égal.

Fonds fermés

Vous bloquez vos fonds sur de longues durées, pour obtenir des rémunérations > à 10% / an. Certains fonds assurent des distributions régulières, offrant ainsi une forme de liquidité / réduction de l'exposition au risque.

Déterminer son horizon d'investissement.

Vous devez réconcilier vos besoin de liquidités et vos objectifs de rendement.

Cette démarche simple permet à la fois : 

  • de mieux se diversifier,

  • d'augmenter son rendement cible,

  • de ne pas faire croître les risques pris.

Comment trouver de bonnes opportunités ?

Il existe plusieurs milliers de fonds d'investissements à travers le monde avec des données disponibles sur plusieurs années permettant de connaître leur performance lors de différents évènements de marché.

Même si le passé ne préjuge pas de l'avenir, à équipe égale et à stratégie équivalente, nous voyons souvent les performances se répéter.

Élargir l'univers

Ne regardez pas uniquement des fonds avec des gros encours. Faites attention, car certaines structures gèrent des sommes trop importantes pour s'intéresser aux petits fonds. Or, ces fonds sont souvent plus flexibles et certaines stratégies ne peuvent être déployées que sur des encours modestes afin de ne pas déformer le marché (par exemple l'investissement dans les petites capitalisations).

Puis-je faire confiance à mon conseiller ?

 

L'alignement d'intérêts n'est pas la norme dans la profession. Souvent, connaître la rémunération de votre conseil s'avère difficile. 

Assurez vous que votre conseil n'a pas d'intérêt :

  • à vous exposer au marché pour préserver sa rémunération, même lorsque le niveau de risque est élevé,

  • à vous proposer des fonds sur lesquels il touche une meilleure commission, parfois au détriment de la qualité de la gestion,

  • à favoriser les "fonds maison" pour réaliser ses objectifs de vente.

Comment organiser mon patrimoine ?

Il faut se poser les bonnes questions :

Dois-je créer une holding ?

En France ou à l'étranger ?

Quels véhicules : assurance-vie, PEA, compte-titres ?

Ai-je des problématiques de succession ?

Fonctionnement administratif et comptable

A quels prestataires dois-je faire appel ?

Comment négocier les frais ?

Puis-je mutualiser ce service ?

La question fiscale entraîne des contraintes de gestion qu'il faut bien anticiper. Cela nécessite donc un conseil avisé.

Les mauvaises expériences en la matière étant nombreuses et coûteuses, le croisement des expériences est ici essentiel.

Comment réduire mes frais ?

Il faut essayer éviter les intermédiaires sans réelle valeur ajoutée.

Les commissions peuvent paraître faibles rapportées au capital géré, mais il faut les comparer au rendement.

Exemple

Rendement brut : 5%

Inflation : 1%

Frais de gestion / distribution : 2%

Rendement net : 2%

Après inflation, votre rendement est de 4%. Dans ce cas, les frais de gestion de 2% représentent une commission de 50% de votre résultat !

Faut-il emprunter ?​

Les taux d'intérêts sont historiquement très bas.

C'est un problème pour les rendements, mais une bonne opportunité d'emprunter.​

Exemple

En empruntant à 1% pour investir dans uns sous-jacent qui rapporte 4%, vous pouvez optimiser vos rendements.

Dans ce cas, pour un levier de 3 : vous obtenez un rendement de 13%, soit le rendement d'un investissement risqué.

Votre capacité d'endettement est un véritable actif qui peut vous aider à obtenir un meilleur rendement.

Il faut toutefois recourir au levier bancaire très prudemment : attention à la baisse du sous-jacent qui se retrouve amplifiée.